En juin dernier, le comparateur de Leclerc Quiestlemoinscher était fermé par Carrefour

Souvenez-vous, le 8 juin dernier, nous vous annoncions la fin du comparateur de prix Quiestlemoinscher.com lancé par Leclerc pour affirmer son positionnement prix dans le domaine de la grande distribution. C’était alors Carrefour qui, suite à une plainte auprès du Tribunal du Commerce, avait obtenu la fermeture du site jugé comme « publicité comparative illicite ». La tentative de Leclerc pour savoir Qui est le moins cher avait échoué...



Michel Edouard Leclerc avait alors signifié sur son blog sa volonté de rouvrir au plus vite le site, en se pliant aux injonctions légales pour être qualifié de licite. Il aura tout de même fallu plus de 5 mois à Leclerc pour relancer Quiestlemoinscher, dans une version bien différente de la précédente.


Avant de la découvrir plus en détails, il est intéressant de noter que Michel Edouard Leclerc souhaite « faire échouer point par point [ses] adversaires dans leurs critiques » grâce à cette nouvelle version de Quiestlemoinscher.com. Pourtant, ce nouveau site semble bien moins ambitieux que son ancêtre.


Quiestlemoinscher nouvelle version est bien différent

Sur le nouveau Quiestlemoinscher, le consommateur peut comparer les prix de 1536 produits de grandes marques dans 355 magasins de taille semblables, appartenant à 8 enseignes différents de la grande distribution. Et les progrès sont nombreux… Tout d’abord, les produits comparés seront rigoureusement de la même marque (le prix d’un paquet de pâtes Panzani ne pourra pas être comparé à celui d’un paquet de pâtes de la Marque Repère de Leclerc par exemple), ce qui est en soit une bonne nouvelle, car cela pouvait biaiser la comparaison.



La principale limite du nouveau Quiestlemoinscher provient du nombre d’enseignes couvertes. Auparavant comparant 30 enseignes, le site n’en a gardé que 8, supprimant magasins spécialisés ayant une logique commerciale leur étant propre, et n’incluant toujours pas les hard discount (réputés pour leurs bas prix), afin d’éviter tout risque judiciaire selon leurs auteurs. L’intérêt du site s’en trouve hélas fortement amputé, et il devient difficile de savoir réellement qui est le moins cher.


Mais désormais, les relevés de prix seront désormais confiés à un organisme indépendant, qui ne controle que des grandes surfaces supérieures à 1200 m², évitant ainsi de comparer les prix de structures trop différentes (supérettes et hypers par exemple). Enfin, la comparaison se fait au niveau de la région, et non plus au niveau de la « zone de chalandise » d’un endroit donné, cette dernière n’ayant pas de définition précise.


Néanmoins, tout en étant plus légitime auprès des consommateurs, cette renaissance ne semble pas pour autant dépourvue de nombreux défauts : Le site est brouillon, et Leclerc semble vouloir ainsi brouiller les pistes en proposant son prix en première place du tableau (les prix ne sont pourtant pas classés), laissant penser à un internaute peu attentif que Leclerc se place en meilleur prix. De plus, les prix sont indiqués pour chaque magasin (où les prix ont été relevés) dans un tableau généralement long de plus de 300 lignes… Le site se veut donc exhaustif, mais n’en est pas moins illisible (aucun outil de recherche n’ayant été intégré).


Michel Edouard Leclerc, qui souhaitait « rétablir la vérité » avec le premier Quiestlemoinscher.com, ne semble plus si ambitieux dans cette nouvelle version, terriblement moins pratique que son précurseur. Comment Carrefour va-t-il réagir à cette riposte, qui semble cette fois ci inattaquable ? Encore du buzz dans la machine Leclerc !



Pour savoir Qui est le moins cher, rendez-vous sur :

Plus de détails sur la nouvelle méthodologie employée par Leclerc et les évolutions prévues sur les articles "Comparateur de prix: Leclerc revient à la charge" et "Le comparateur de prix Quiestlemoinscher rouvre ses portes sur le web".


Source principale : Le nouveau comparateur de prix Leclerc

Un article du Blog Outil Référencement

Rss du blog outil Référencement


Article suivant : Marketing virtuel et Second Life
Article précédent : 10 techniques pour accroitre votre trafic



Commentaires

22 novembre 2006 par Regis

Salut,
Ce comparateur me laisse assez perplexe. Je me demande comment on peut être totalement objectif quand on sait que la marque ayant mis en place cet outil est elle-même une des enseignes étudiées. J'ai fait un petit test sur quelques produits. Je trouve que Leclerc est généralement le moins cher, avec des écart de prix importants (souvent entre 3 et 7%)tandis que quand cette enseigne est plus chère, c'est rarement avec un écart de plus de 1% (cette analyse n'a pas valeur de preuve). J'aimerais juste savoir qu'elles sont les critères de sélection des produits comparés!!!

24 novembre 2006 par Cedric DENIAUD

Je doute de l'intérêt d'un tel outil d'un point de vue consommateur. On comprend que pour Leclerc il s'agit avant tout de stratégie et de communication pour montrer que son positionnement "prix" sur les produits sélectionnés est le meilleur parmi les enseignes comparés (bien entendu les hard discount, ceux qui par définition proposent les prix les plus bas, sont pas pris en compte dans la comparaison).

27 novembre 2006 par LeToux

Il est toujours difficile de dire qui est le moins cher. C'est vrai qu'en général, dans les études que je vois passer, Leclerc est toujours le moins cher. (je travaille dans une boite d'étude de marché)

Certes Leclerc ne fournit pas des indices clés en main, mais vous pouvez toujours "aspirer" les prix et calculer les indices à la mano :

Enseigne Indice
AUCHAN 99.30
CARREFOUR 99.08
CHAMPION 100.62
CORA 104.09
GEANT 101.46
INTERMARCHE 99.52
LECLERC 96.81
SUPER U 100.25

Si vous êtes curieux, vous pouvez jeter un coup d'oeil sur un article que j'ai écrit.
vincent.letoux.free.fr/bl...

Ajouter un commentaire :

Les commentaires pour ce billet sont fermés.