L'attribut nofollow fait décidément beaucoup parler de lui... D'ailleurs, vous vous souvenez peut être de l'article listant 13 raisons qui font de l'attribut nofollow un échec.

Plus récemment, dans l'article : Netlinking au SES Paris 2008,   j'écrivais :

Je teste depuis plus d'un an maintenant une technique permettant de canaliser la popularité via l'attribut nofollow. Autant, il m'arrive de pester contre cet attribut qui ne devrait pas exister et d'hésiter à l'utiliser sur des liens externes, autant je n'hésite pas à utiliser cette arme en provenance directe de tout bon ratelier de référenceur qui se respecte. Pour le débat sur l'utilisation du nofollow vous pouvez lire cet article de David Degrelle.

Cet attribut permet donc de ne pas transmettre de popularité. Je l'applique sur certains liens internes pointant vers des pages sur lesquelles je n'ai pas de stratégie de positionnement. Vous pouvez d'ailleurs le voir sur ce blog notamment sur les liens :

  • Formulaire
  • Conditions d'utilisation
  • Photo Auteur
  • Photo Catégorie

Notez bien que je ne connais pas la position de Google sur ce type d'optimisation.

J'avoue utiliser souvent cette technique, comme d'autres et certainement pas les plus mauvais (SEOmoz et compagnie...)

David Martinez édite l'excellent blog Seo-Theory et vient de publier un article très virulent sur cette technique dont le titre assez humoristique est "Oui Virginie ta page de contact a besoin de 500 liens !". Voici une traduction partielle de son article qui vous permettra de distinguer le fond de sa pensée très... tranchée sur cette utilisation du nofollow.


Appliquer l'attribut nofollow revient à dire à Google de ne pas crawler le lien. Dire à Google de ne pas crawler un lien revient à dire "Ne place pas cette page dans l'index principal stp...)

Vous ne pouvez pas manipuler le PageRank tant que vous ne pouvez pas le voir. Personne ne peut le connaitre, il n'existe pas d'affichage en temps réel du PageRank. None, Zéro, Zilch, Nada !

Vous ne savez pas où votre PageRank est attribué, je ne le sais pas, même Matt Cutts ne le sait pas sans vérifier l'un de ses outils spéciaux, et vous pouvez être sûr qu'aucun des référenceurs manipulateurs du Pagerank n'ont d'indice pour le savoir.

Laissez la manipulation du PageRank aux idiots qui n'ont pas le temps d'apprendre ce qu'est la véritable optimisation du Référencement d'un site. Laissez-les ensemble dans le passé et dire "Bon article" et quittez les en les laissant assis dans le noir éclairés à la lueur de leurs bougies.

(Je vous mets ici sa phrase en anglais car elle est assez terrible :)

Let them pat each other on the back and say "Great post" and leave them to sit in the dark with their unlit, wickless candles.

Jusqu'à ce qu'ils puissent obtenir un outil qui leur indique où est le PageRank et comment il fluctue, les seules choses avec des trous se sont leurs têtes et leur stupides, maladroites, non professionnels idées sur la manipulation du PageRank.


Alors oui, d'après cet expert pour qui j'ai beaucoup de respect, je suis un idiot incompétent (étant donné que j'utilise cette technique). Alors pourquoi je vous livre cet article ? Certainement pas pour donner le bâton avec lequel je vais me faire battre. Non, tout simplement parce ce qu'il exprime est ce qui rend le Référencement (avec un grand R) passionnant !

Oui nous ne sommes pas d'accord entre nous, oui nous n'avons pas accès à l'algorithme de Google, Oui nous avançons souvent des arguments, hypothèses, théories sans preuve mais... OUI nous arrivons quant même à exploser le trafic des sites sur lesquels nous travaillons !

Je viens de passer une quinzaine de minutes à discuter sur gtalk avec un référenceur qui est certainement très bon. Il m'avançait des idées avec lesquels je n'étais pas d'accord. Est ce que cela fait de lui ou de moi un idiot ? Non, je ne le pense pas, nous arrivons tous deux à nos fins.

Alors Monsieur Martinez, s'il vous plait, ne soyez pas aussi virulent, ce qui fait la beauté de notre métier est précisément là, ces points, idées, théories et techniques sur lesquels nous ne sommes pas d'accords ! L'alchimie, l'art ou la science (appelez cela comme vous voulez) du Référencement est passionnant car l'algorithme et les indénombrables filtres de Google, ce joyeux bouillon de culture reste et restera nébuleux. Inutile de chercher à imposer nos conceptions en enfonçant celles des autres...

Un petit sondage pour terminer ainsi qu'un lien pour diffuser un peu de popularité (private joke inside) :

Bon Référencement !

Un article du blog Outil Référencement

Puisque mes propos dans cet article semblent peu clairs, voici un bref résumé des idées clés :

  • Je ne dis pas qu'utiliser nofollow sur ses liens internes est "bien" ou "pas bien"
  • Je suis contre le fait d'insulter d'autres personnes simplement parce qu'elles n'utilisent pas les mêmes techniques
  • C'est tout...

Rss du blog outil Référencement


Article suivant : Promo : Des backlinks contre du Sexe
Article précédent : Manipulez la popularité à l'aide de l'attribut Nofollow



Commentaires

07 mars 2008 par Sébastien Billard

A voir également sur ce sujet le billet de Shari Thurow : searchengineland.com/0803...

Personnellement je suis d'accord avec son propos. Nofollow ne sert à rien au niveau de la lutte antispam, et utiliser cet attribut ppour manipuler le PageRank revient à agir de façon différente avec les utilisateurs et lles moteurs, ce qui va à l'encontre de la philosophie whitehat. Plus prosaiquement je doute du gain de telles manipulation : oui un peu de PR va vers des pages avec un contenu peu intéressant à priori au niveau visibilité, mais ces pages le redistribue... Et finalement on voit que c'est la densité de liens intra site qui paye pour une bonne exploitation du PR.

07 mars 2008 par Aurélien

Curieux, pour quelqu'un de "zen" comme toi :)

Concernant la lutte contre le spam je partage ton avis.

Concernant l'aspect "whitehat" du procédé, on peut tout de même rappeler que c'est Google lui même qui a introduit cet attribut et donc introduit par la même occasion cette différence entre les utilisateurs et les moteurs.

L'efficacité ou non de cette technique n'est pas l'objet premier de ce billet, l'objet est la façon dont traite l'auteur les personnes qui n'ont pas la même vision / technique. Un peu comme si un référenceur blackhat faisait un billet traitant d'idiot les référenceurs whitehat... Je trouve cela définitivement peu respectueux et c'est bien ce que j'ai voulu soulever à travers cet article. David Martinez est toutefois certainement très compétent.

07 mars 2008 par Sébastien Billard

Attention hein, quand je dis "je suis d'accord avec son propos" c'est sur le fond que je m'exprime, pas sur le fait de traiter telle ou telle catégorie de personnes d'idiots ;) (et c'est surtout du billet de Shari dont je parlais en fait)

Le problème de Google, c'est qu'ils énoncent de grands principes puis permettent parfois comme ici de revenir dessus. L'ambiguité est je pense dangereuse.

07 mars 2008 par JulienA

Je ne suis pas forcement d'accord. L'utilisation du nofollow est aussi dans l'intérêt de l'utilisateur, et il me semble correct de rediriger le Google Juice dans le but de privilégier les pages qui sont les plus pertinentes.

Ce n'est pas parce qu'une page reçoit beaucoup de liens, qu'elle mérite d'apparaitre dans les SERPs, quand ces liens ne sont la par exemple que pour des raisons d'ergonomie. Après on peut toujours utiliser le fichier robots, mais ça revient à se couper un doigt.

Ensuite une telle page qui reçoit beaucoup de liens, ne redistribue pas forcement le PageRank, et si on crée des liens pour le faire, ce n'est pas pour l'utilisateur, mais avant tout pour les moteurs. Ce qui philosophiquement revient finalement au même. Sans parler du coefficient d'amortissement.

Ce qui est le plus dérangeant, malheureusement, ce sont les abus qui vont probablement être fait avec cette pratique. Donner une importance moindre aux pages sans intérêt, oui, structurer abusivement la distribution du PageRank sur son site, clairement non. Mais ou se situe la limite ?

En plus de mal répondre au problème du spam, Google a généré une nouvelle forme d'abus.

07 mars 2008 par alex de Referencement Blog

Salut Aurélien,

Le NoFollow pour les liens internes pourquoi pas, après c'est toujours une histoire d'optimisation du temps.

Cela vaut-il le temps de réfléchir aux pages qu'on considère comme secondaires, voire les liens secondaires (mettre en NoFollow les "Lire la suite") ?

Il faudrait faire une petite étude sérieuse sur le sujet, mais cela ne sera pas une mince affaire, car l'effet sur le PR semble bien être minime :D

A mon avis, cette optimisation interne c'est plutôt du 20 dans le 80/20.

07 mars 2008 par alex de Referencement Blog

Salut Aurélien,

Je suis embêté pour répondre à ton questionnaire, je dirai : Ni oui, ni non mais plutôt "Pas souvent" :D

07 mars 2008 par Aurélien

Dans ce cas là, c'est comme "la peine de mort", si tu l'utilises dans certains cas, la réponse est oui !=)

@JulienA : Merci pour ce commentaire fort intéressant.

07 mars 2008 par Dievochka

Bonsoir Aurélien,
Tiens, c'est amusant, j'avais essayé d'écrire quelque chose à ce sujet il y a quelques temps. Mais je n'ai aucune prétention en la matière, loin de là. Je ne suis qu'une apprentie...

Néanmoins, je ne vois pas en quoi on ne serait pas libre de tenter de distribuer son propre " link juice" à qui on le souhaite ou de le répartir à l'intérieur de son propre site comme on l'entend.
Arrêtez moi si je dis une bêtise !

08 mars 2008 par effisk

"Néanmoins, je ne vois pas en quoi on ne serait pas libre de tenter de distribuer son propre " link juice" à qui on le souhaite ou de le répartir à l'intérieur de son propre site comme on l'entend."

On était déjà libres de le faire avant l'arrivée du nofollow, en donnant plus ou moins d'importance aux liens avec les balises qui vont bien: <h3>, <h6>, <strong>, etc. et pour les intégristes, ils suffisait de faire des liens du genre www.google.com/url?sa=D&a... pour les liens externes...

08 mars 2008 par Marie-Aude

Dans ce cas précis de pages qu'on ne souhaitent pas promouvoir, pourquoi ne pas passer directement en noindex ?

12 mars 2008 par LebossTom

@Marie-Aude : Il y a une différence entre vouloir limiter le "jus" transmis à une page et désindexer carrément la page.

Ajouter un commentaire :

Les commentaires pour ce billet sont fermés.