Olivier Ezratty nous propose un excellent billet de synthèse sur le moteur de recherche Quaero. En voici un extrait :

Les faux semblants de Quaero

Depuis le déblocage du dossier du financement public français de Quaero par la Commission Européenne le 11 mars 2008 dernier (annonce ici), on entend à nouveau parler de Quaero. Ce financement est de 99m€, un peu plus que ce qui avait été initialement annoncé en 2006. Le programme coutera 199m€ sur 5 ans sachant que l'Etat en finance la moitié. En été 2007, la Commission Européenne avait également autorisé le gouvernement allemand à subventionner à hauteur de 120m€ leur projet THESEUS, qui est une sorte de “spin-off” de Quaero.

Le projet Quero a été compris comme un “moteur de recherche français” construit de toutes pièces. Il a été abondamment critiqué car voué à l'échec. Il aura certainement du plomb dans l'aile, mais pas pour les raisons généralement avancées.

Nous allons creuser la question en nous appuyant sur les informations récemment rendues publiques au sujet de Quaero.

Un faux projet

En effet, Quaero n'est tout simplement pas un projet ! C'est plutôt une sorte de pôle de compétitivité déguisé de la recherche Internet, sans attache géographique particulière puisque les entreprises concernées sont disséminées en France, et quelques unes en Allemagne. Comme dans un pôle de compétitivité, on distribue des subventions à différentes structures (entreprises, laboratoires de recherche publics et privés) et on tente de les faire travailler ensemble. Libre à elles ensuite de créer des produits et de les commercialiser. C'est l'esprit qui est derrière Quaero, bien décrit dans l'article correspondant de Wikipedia.

La suite sur son blog à lire de toute urgence. A visiter également, le site officiel de Quaero.

Un article du blog Outil Référencement

Rss du blog outil Référencement


Article suivant : Facebook en Français a signé son arrêt de mort
Article précédent : Quaero : Premier Bilan



Commentaires

Aucun commentaire pour le billet.

Ajouter un commentaire :

Les commentaires pour ce billet sont fermés.